Trame Verte et Bleue : protéger la nature partout et de façon pérenne

Février 2012

Vous n’en avez peut-être pas conscience, mais ce qui se « trame » en ce moment constitue une avancée majeure en matière de protection de la nature…

Projet phare du Grenelle de l’Environnement sur le sujet de la Biodiversité, la constitution de la "Trame Verte et Bleue" n’est pas, ou du moins ne doit pas être, une simple cartographie, un simple "schéma" de plus, mais à partir de la réflexion qui doit aboutir à sa mise en place, la véritable prise de conscience par tous les acteurs que la protection de la nature ne peut se faire que sur une large échelle. Si la politique des "réserves" est nécessaire pour la protection d’espèces ou d’habitats naturels à la limite de l’extinction, elle se montre totalement inopérante lorsqu’il s’agit d’éviter l’érosion de la biodiversité à grande échelle et sur le long terme, car les superficies concernées resteront de toutes façons ridicules par rapport au territoire (environ 1 à 2%), mais surtout déconnectées entre elles.

En effet, avec la destruction et l’altération du milieu et le changement climatique, la fragmentation de l’espace par les activités humaines (urbanisation, voies de communication, agriculture et sylviculture intensives, ouvrages hydro-électriques…) est un des principaux facteurs d’érosion de la biodiversité.

La Trame Verte et Bleue a pour but à la fois de conforter la protection des cœurs de nature et d’assurer la pérennité des continuités écologiques qui les relient. La préservation passera non seulement par le choix de l’affectation des sols mais aussi par le type de gestion qui y sera pratiquée.

Au niveau régional, de nombreux acteurs venus d’horizons très divers planchent actuellement pour réaliser la déclinaison régionale appelée "Schéma Régional de Cohérence Ecologique". Il s’agit de faire prendre conscience du rôle que jouent des espaces qui paraissent à beaucoup si banals car faisant partie du quotidien, mais qui, mis bout à bout, sont indispensables au fonctionnement des écosystèmes et à leur pérennité.

Le chemin sera probablement long et ardu. Nous sommes bien conscients que sur ce sujet, il ne faudra pas espérer avancer autrement que par petits pas, du moins dans un premier temps. Mais la mobilisation de tous les amoureux de la nature peut permettre d’aller plus vite et plus loin, notamment dans la mise en place au niveau local. Pour cela, nous devons compter sur l’investissement du plus grand nombre !

Jérôme Calas
Président de Nature Midi-Pyrénées

JPEG - 60.8 ko