Triton marbré

Triturus marmoratus

  • Nom commun : Triton marbré
  • Nom latin : Triturus marmoratus
  • Famille : Salamandridae
  • Période d’activité / d’observation : mars à juillet (dans l’eau)
  • Statut réglementaire : protégé au niveau national, annexe IV de la Directive Habitats

  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Galerie
  6. Cartographie


Descriptif et particularités

Ce triton mesure jusqu’à 16 cm de longueur. La peau est granuleuse. Sa robe est de couleur verte, marbrée de noir et de gris. Son ventre est de couleur sombre avec des petites taches blanches. On constate une variation de la couleur : en phase aquatique les individus sont plus foncés tandis qu’en phase terrestre, ils ont une couleur plus vive.

Les femelles et les juvéniles portent une ligne vertébrale orange. Les mâles reproducteurs portent une crête dorsale au bord ondulé se prolongeant sur la queue, mais plus basse sur la base de cette dernière. Cette crête est barrée de rayures verticales noires et elle présente une bande claire sur les côtés de la queue.

Habitat et écologie

Le triton marbré est une espèce exigeante, qui s’adapte moins facilement aux milieux anthropisés que, par exemple, le triton palmé. Il est essentiellement nocturne et très discret.

On le rencontre en période de reproduction dans des eaux limpides et riches en végétation immergée : mares, abreuvoirs de zones peu cultivées ou forestières, étangs de gravières, tourbières, fossés… En dehors de la période de reproduction, il peut être trouvé dans les bois, haies et landes, y compris dans des milieux rocailleux et secs. Il se cache sous des pierres ou des souches.

Répartition en Midi-Pyrénées

Le triton marbré colonise toute la péninsule Ibérique et les parties Ouest et méditerranéennes de la France. Son aire de répartition est très réduite.

En région Midi-Pyrénées, il colonise tous les départements. Par contre ce triton est absent des hauts reliefs du Massif central et des Pyrénées. Il ne dépasse pas les 800 m d’altitude.

Menaces

Les menaces qui pèsent sur cette espèce sont : la pollution des milieux aquatiques par les engrais et les pesticides, l’absence de refuges terrestres (haies, broussailles…), la mise en labours des prairies, et le comblement des mares.

Fiche rédigée par Morgane Wauthier

Visionnez la vidéo proposée par Romain Baghi :