Vipère péliade

Vipera berus

  • Nom commun : Vipère péliade
  • Nom latin : Vipera berus
  • Famille : Viperidae
  • Période d’activité / d’observation : mars à octobre
  • Statut réglementaire : protégé au niveau national

  1. Descriptif et particularités
  2. Habitat et écologie
  3. Répartition en Midi-Pyrénées
  4. Menaces
  5. Galerie
  6. Cartographie


Descriptif et particularités

JPEG - 103.3 ko
Vipera berus
Femelle adulte

Risque de confusion avec la Vipère aspic (Vipera aspis).

C’est un petit serpent mesurant généralement 50 cm à l’âge adulte (parfois jusqu’à 80 cm maximum). Il a un corps massif, le museau aplati (non retroussé), simplement anguleux.

Au niveau des écailles, il a de nombreuses petites écailles et trois grandes (frontale et pariétale) sur le haut de la tête (les couleuvres ne portent que des grandes écailles). L’écaille rostrale n’est pas saillante (tandis que chez Vipera aspis si). Ce serpent possède un rang d’écailles sous les yeux (tandis que chez V. aspis il existe 2 rangs d’écailles sub-oculaires). Cette vipère porte une bande dorsale en zigzag (parfois cette bande peut être fragmentée). Son ventre est gris, brique, brun-gris ou noir (parfois avec des marques blanches). La robe varie chez le mâle et la femelle. Le mâle est gris pâle avec un zigzag très marqué noir. Tandis que la femelle est brune ou rougeâtre avec un zigzag marron foncé. Des cas de mélanismes sont connus. Les juvéniles sont souvent rougeâtres. L’œil est de couleur marron à rougeâtre et il possède une pupille verticale comme chez toutes les vipères. Ce serpent est muni de crochets à venin.

Habitat et écologie

La Vipère péliade se rencontre sur les hauts reliefs montagnards dans le Sud de son aire de répartition. Elle fréquente les mêmes habitats que la vipère aspic, mais sans cohabitation avec cette espèce. Par contre elle cohabite avec le Lézard vivipare (Zootoca vivipara) et le Lézard des souches (Lacerta agilis), des espèces caractéristiques de climats tempérés frais voire froids.

Ce serpent vit sur l’Aubrac et fréquente plusieurs types de milieux : tourbières et landes humides, landes sèches, lisières de bois broussailleuses, murets de pierres sèches végétalisés, talus à herbes hautes, bocages formés de ligneux bas (ronces, fougères…).

Répartition en Midi-Pyrénées

En Europe : sa limite Nord est le cercle polaire et sa limite Sud le Massif central en France. Il est aussi présent au Nord de l’Italie, au Nord de l’Albanie, au Nord de la Grèce et à l’Ouest de la Turquie. En dehors de l’Europe il colonise la Russie jusqu’à l’océan Pacifique.

Cette espèce est très limitée en région Midi-Pyrénéenne, elle n’est présente que sur le plateau de l’Aubrac Aveyronnais de 900 m à 1340 m. Elle n’existe pas dans les Pyrénées contrairement à ce que certains croient encore (confusions avec la Vipère aspic des Pyrénées).

Menaces

La péliade est une relicte arrivée dans nos régions à des époques climatiques plus froides et qui aujourd’hui ne cesse de régresser vers le Nord. Elle est très vulnérable en région Midi-Pyrénées puisqu’elle est très localisée aux secteurs les plus froids. Un réchauffement climatique pourrait la faire disparaître, peut-être indirectement par compétition avec la vipère aspic qui est plus adaptée au climat de la région. D’autres causes d’origine humaine menacent cette espèce comme la destruction, et la dégradation de son habitat, ainsi que les destructions volontaires par peur des serpents et les dérangements (espèce très sensible à la présence humaine).

Fiche rédigée par Morgane Wauthier

Galerie...